Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pierrechappaz.overblog.com

Le blog perso-pro d'un Net-entrepreneur

Pourquoi je crois aux guérisseurs.

Publié le 12 Décembre 2012 par Pierre Chappaz in coupeurs de feu, Suisse

La Suisse est une terre de guérisseurs, comme le rappelle l'article ci-dessous.

Je suis plutôt sceptique de nature. De formation scientifique.

Pourtant, il y a quelques années, j'ai fait une expérience qui m'a amené à revoir complètement mes conceptions sur le pouvoir des guérisseurs.

Cathy et moi étions gravement brûlés, au 2e et 3e degré, sur les jambes principalement, à cause d'une plante toxique appelée La rue fétide. Nous avions été en contact avec cette plante au cours d'une escalade dans une falaise du sud de la France.

Au bout de plusieurs jours, la douleur était assez insupportable. Les soins des infirmières qui changeaient tous les jours nos pansements n'y changeaient rien.

Nous dinions au bord du Lac Léman avec deux amis, Marc et Béa, et dans la conversation je dis : on devrait faire quelque chose, appeler un coupeur de feu ? j'avais entendu parler des coupeurs de feu, ces guérisseurs réputés dans la région lémanique, sans vraiment y croire.

Béa, qui est mère de 2 enfants, avait justement le numéro de téléphone d'un coupeur de feu dans son portable. Elle nous demande si nous voulons l'appeler, évidemment nous disons oui!

C'est Cathy qui parle au guérisseur, j'entendais la conversation assez clairement. Il lui a surtout demandé comment nous nous étions brûlés, ou étaient les blessures. Pas de formule magique. Juste quelques questions, puis il dit à Cathy "vous pouvez raccrocher".

Surprise, Cathy demande ce qui va se passer, le coupeur de feu se contente de lui confirmer qu'elle peut maintenant raccrocher, et que si nous souffrons encore dans une heure nous pouvons le rappeler.

Cathy raccroche ... et instantanément la souffrance disparait. Elle reflue d'un coup, elle sort de mon corps.

Je me tourne vers Cathy et lui demande : "tu as senti?".

Elle est comme moi : la douleur a subitement disparu.

Je ne vous mène pas en bateau, ça s'est vraiment passé comme ça. Les blessures ont mis ensuite plus d'un mois à se cicatriser, mais la souffrance n'était plus là.

Je n'ai pas d'explication rationnelle à ce qui s'est passé.

Les coupeurs de feu expliquent qu'ils ont hérité d'un don, et n'acceptent jamais ni argent ni cadeau en remerciements. Il parait qu'à la section des grands brûlés de l'Hopital cantonal de Genève ils font appel à eux.

Commenter cet article